plan
travaux
lectures
courriel
   
   
 

Ce cours a pour objectif de bien faire comprendre comment doit être construite une enquête scientifique. Ceci implique de savoir comment formuler une question pertinente et dont l’objet est accessible à la méthode scientifique, savoir récolter de l’information de départ sur les aspects objectifs et théoriques qui y sont reliés, être en mesure de formuler une problématique solide et pouvoir identifier les méthodes les plus efficaces d’y répondre. Pour ce faire, nous ferons un survol d’ensemble des différentes stratégies d’attaque d’un problème ainsi que des avantages et inconvénients de chacun des grands types de méthodologie criminologique.

Pour ce cours vous devez vous procurer le livre, Manuel de recherche en sciences sociales de Raymond Quivy et Luc Van Campenhoudt (Paris, Dunod, 2006, 3e édition), disponible en vente spéciale à la librairie Olivieri au 5219 Côte-des-Neiges. Des textes scientifiques à télécharger feront également partie de votre évaluation.

Les notes de chaque cours seront disponibles à partir de cette table des matières.

Cliquez ici pour une version du plan facile à imprimer (.pdf)

   
   
  SESSION AUTOMNE 2006
  cours 1 (5 septembre)
Présentation du cours, description du travail à effectuer. Qu’est-ce qu’un savoir scientifique ? Observer, théoriser : que veut dire « prouver » ? Les étapes d’une enquête scientifique conventionnelle.
   
  S E C T I O N   A :   I D E N T I F I E R   U N   S U J E T
  cours 2 (12 septembre)
L’éthique (expériences humaines; confidentialité; sécurité), l’empirique (la mesure objective) et le normatif (la prescription, les solutions suggérées). Différencier le savoir pour la police du savoir sur la police.
❑ à lire : Manuel, 7-21.
Stanford prison experiment
   
  cours 3 (19 septembre)
Comment aborder un sujet criminologique. Les statistiques de la criminalité. Les documents disponibles. Différencier les questions factuelles des questions interprétatives. Comprendre le comportement et le point de vue du sujet. L’expérience de la réalité vs la réalité objective. Les erreurs logiques communes : pourquoi connaît-on mal le crime ?
❑ à lire : Manuel, 124-37.
atelier : formation des équipes, rencontre avec les moniteurs/trices, discussion et approbation des sujets individuels. Notez les problèmes d’éthique et les écueils empiriques potentiels.
   
  S E C T I O N   B :   R E C E N S E R   L E S   É C R I T S
  cours 4 (26 septembre) : attention : cours donné à 16h00 et à 17h30
Formation en groupes sur les techniques de recherche documentaires (laboratoire 1024 de la BLSH). Rendez vous sur place selon votre nom de famille : A-L, à 16h00; M-Z, à 17h30.
travail à remettre (1/4) : description et justification du sujet retenu; considérations éthiques et criminologiques (4-5 pages).
❑ à lire : Researching Serial Murder : Methodologial and Definitional Problems
   
  cours 5 (3 octobre)
Comment reconnaître une bonne recherche. Les sources d’information criminologique. Le sens commun, l’originalité, la rigueur scientifique.
atelier : savoir quoi, et où chercher : commencer une enquête scientifique.
❑ à lire : Manuel, 40-72
   
  S E C T I O N   C :   C O N S T R U I R E   U N E   P R O B L É M A T I Q U E
  cours 6 (10 octobre)
Qu’est-ce qu’une bonne hypothèse ? Adopter une attitude sceptique : prouver vs falsifier. Analyser, catégoriser et utiliser les connaissances établies. Savoir poser une question.
❑ à lire : The Lie Behind the Lie Detector.
travail à remettre (2/4) : recension des écrits sur votre sujet. Justification des recherches sélectionnées, diversification des sources.
   
 

cours 7 (17 octobre)
Une problématique policière particulière : le modèle SARA et la « résolution de problèmes ».
❑ à lire : (1) Manuel, 74-102; (2) revue Intersection d'août 2005

 

 

SPVM
   
 
important
le mardi 31 octobre : cours remis à la semaine suivante
   
  cours 8 (7 novembre)
Induction et déduction en sciences sociales. Construire des définitions opérationnelles. La rigueur logique.
❑ à lire : Manuel, 104-140.
atelier : passer de la littérature à la recherche : savoir formuler un projet d’enquête.
   
  S E C T I O N   D :   C H O I S I R   U N E   M É T H O D E   D ’ E N Q U Ê T E   A P P R O P R I É E
  cours 9 (14 novembre)
Comprendre vs expliquer. Établir les besoins empiriques d’une démonstration scientifique. Redécouper la réalité. Recherches exploratoires.
❑ à lire : Manuel, 142-186.
travail à remettre (3/4) : identifiez la problématique de cet article : Marc Tourigny et Nico Trocmé « Facteurs associés à la décision d'entreprendre des poursuites criminelles à la suite d'un signalement pour abus sexuel ou physique envers un enfant », Criminologie, 33 (2), 7-30 (4-5 pages).
   
 

cours 10 (21 novembre)
Que veut dire « mesurer » ? Échelles et variables. Que mesure-t-on : l’échantillonnage. Stratégies courantes de mesure statistiques : séries temporelles, sondages, formulaires, outils conçus sur mesure, banques de données. Approche quasi-expérimentale.
❑ à lire : (1) Manuel,188-219; (2) John Kitsuse et Aaron Cicourel, « Note sur l’utilisation des statistiques officielles » ;
(3) « Le taux de récidive détaillé », ; (4) « La violence chez les adolescentes : étude documentaire et corrélations ».

   
  cours 11 (28 novembre)
Passer du factuel à l’interprétatif. Différencier les niveaux de discours. Stratégies courantes de mesures qualitatives : entrevues, documents, observation, groupes de discussion.
atelier : comment choisir une méthode d’enquête efficace.
❑ à lire : (1) Holly Richter-White, « Impacts directs et indirects du crime organisé sur les jeunes à titre de victimes ou de contrevenants » ; (2) « Focus Groups Tips for Beginners ».
 

cours 12 (5 décembre)
Analyser et interpréter les données quantitatives et qualitatives.
❑ à lire : « Using Offender Interviews to Inform Police Problem Solving

le 12 décembre
-pas de cours-
travail à remettre (4/4) : deux méthodes d’enquête, une qualitative et une quantitative, appropriées à votre sujet.